1/ PRÉSENTATION DU PROJET


Le projet du Thesaurus d’épigraphie islamique a pour ambition de réunir toutes les inscriptions arabes, persanes et turques, voire dans d'autres langues du monde musulman, jusqu'à l'an 1000 de l'hégire, c'est-à-dire du Moyen Age.
Le Thesaurus d’Epigraphie Islamique s’inscrit dans la lignée du Répertoire Chronologique d’Epigraphie Arabe tout en étant indépendant. En effet, le projet actuel ne tient pas compte seulement des inscriptions arabes mais également persanes et turques, voire d’autres. En outre, les avantages informatiques ont permis une nouvelle présentation de fiche-type ainsi qu’une précision accrue dans l’enregistrement et surtout dans la consultation des données. La Fondation Max van Berchem de Genève a bien voulu accepter la sponsorisation du projet qui a été officiellement mis en route en février 1992.
La base de données étant informatisée, on peut facilement imaginer que les premiers pas n’étaient pas simples, «l’universalité» du système informatique n’ayant pas été, à l’époque, encore achevée (problème des caractères latins diacrités, des caractères “neutres“ dans l’écriture arabe, compatibilité entre Macintosh et PC, etc.). Dès le début, la saisie des inscriptions se fait sur l’ordinateur Macintosh et le logiciel utilisé pour l'élaboration de la base est le logiciel “4ème dimension»(ou “4D“), sous ses différentes versions successives. C’est ainsi que nous sommes passés, non sans mal, par plusieurs systèmes informatiques différents. La diffusion se faisait, à partir de 1998, sous formes de CD-Rom,t puis de DVD-Rom, chaque nouveau disque comprenant une (éventuellement deux ou trois) nouvelle livraison incluant les inscriptions d'une nouvelle région. Le découpage géographique suivi est présenté plus bas, dans la section 5/ des présentes notices.
Depuis le mois d’octobre 2011, c’est à dire depuis la 10ème livraison, la base est disponible, gratuitement, sur Internet. Deux ou trois livraisons à venir vont inclure les régions manquantes et il sera ainsi prochainement possible, au bout d’un long chemin, de consulter l'ensemble des inscriptions musulmanes du moyen âge!
Le projet ne va pas s’arrêter là. La base sera régulièrement enrichie et complétée et tous les deux ans environ, une livraison actualisée, sur le plan scientifique comme sur le plan informatique, va remplacer la livraison précédente.
Nous souhaitons susciter, pour les différentes régions comme pour l’ensemble du projet, des collaborations effectives qui vont continuer à être reconnues dans la section 7/ Remerciements.

COPYRIGHT
La propriété scientifique du Thesaurus, le Copyright, appartient à la Fondation Max van Berchem : «No part of this database may be reproduced or translated in any form by print, photoprint, microfilm, microfiche or any other means without written permission from the publisher.»

2/ A PROPOS DES AUTEURS


Ludvik KALUS, concepteur et directeur du projet Thesaurus d'Epigraphie Islamique, était, de 1990 à 2013, professeur d'histoire de l'Orient médiéval à l'Université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Il était également, de 1993 à 2013, directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (Sciences historiques et philologiques) où il enseignait la numismatique et la diplomatique islamiques. Se spécialisant depuis toujours en épigraphie arabe, puis en épigraphie persane et turque du moyen âge, il a été chargé dans le passé de continuer le Répertoire Chronologique d'Epigraphie Arabe (t. XVII et XVIII).

Frédérique SOUDAN a pour tâche d'assurer matériellement l'élaboration du projet Thesaurus d'Epigraphie Islamique. Diplômée d'arabe de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris et Docteur d'histoire du monde musulman à l'Université de Paris- Sorbonne (Paris IV), elle a effectué auparavant plusieurs séjours d'études dans différents pays arabes. Actuellement, elle est chargée de recherche de la Fondation Max van Berchem.




3/ PRISE EN MAIN DU THESAURUS


Cette nouvelle livraison du Thesaurus d’Epigraphie Islamique, la quatorzième, contient dans son fichier Epigraphie près de 41000 fiches d’inscriptions, dans sa base Toponymes près de 2500 fiches de localités qui concernent 62 pays du monde (parmi les 73 pays que nous avons recensés jusqu’à maintenant). Cet ensemble, quantitativement impressionnant, est facile à consulter, à partir d’une fenêtre de la Page de recherche.

Pour pouvoir y accéder, vous avez déjà effectué les formalités d’inscription et vous avez maintenant la possibilité de lire les différentes notices concernant le projet dans cette partie intitulée "Lisez-nous". A partir d’ici, vous pouvez cliquer sur Retour à l’accueil et puis Page de recherche, pour accéder au Formulaire de recherche.

En arrivant sur le Formulaire de recherche, vous pouvez immédiatement effectuer une “Recherche EPIGRAPHIE“, comme il est indiqué en haut à gauche. Si vous souhaitez effectuer une recherche concernant des toponymes, vous cliquez, en haut à droite, sur “Vers la recherche TOPONYMES“. De même, une fois sur la page “Recherche TOPONYMES“, pour effectuer des recherches concernant des inscriptions, vous cliquez en haut à droite sur “Vers la recherche EPIGRAPHIE“.

Recherche EPIGRAPHIE : Dans le formulaire de recherche, vous choisissez un critère, à partir du menu qui se déroule dès que vous cliquez sur la rubrique. Par la suite, vous choisissez de la même façon un terme de recherche (une valeur), soit à partir du menu déroulant quand il existe, soit en remplissant vous-même la rubrique “Terme(s) recherché(s)“. Dans certains cas (par exemple recherche “Lieu“ et recherche “Actuellement“), une deuxième rubrique va s’ajouter, la première étant pour choisir une catégorie principale et la deuxième une sous-catégorie. Vous serez sans doute intéressé surtout par la recherche d’un mot précis dans le texte arabe. Cette recherche s’effectue à partir de la rubrique “Texte (clavier arabe)“, mais n’oubliez pas de vous mettre en clavier arabe!!! Dans les fiches obtenues, le mot arabe recherché apparaît en couleur et surligné.
Une fois la recherche lancée, vous accédez à la fenêtre Liste. A ce niveau, vous pouvez trier votre sélection d’après les critères indiqués dans le menu déroulant. Mais vous pouvez aussi affiner votre sélection en lançant une recherche complémentaire, selon le même procédé, tout en cochant la case Dans les résultats actuels.

A partir de cette liste, en cliquant sur une des données soulignées, vous accédez à la fiche épigraphique souhaitée. Mais attention, en cliquant sur l’appellation d’une localité, vous accédez au fichier TOPONYMES! Si vous êtes en TOPONYMES, vous pouvez revenir à votre liste épigraphique en cliquant sur Retour à la fiche de consultation.
Certaines fiches sont accompagnées de photographie de l’inscription, parfois de plusieurs. La présence d’une photo est indiquée dans la fiche, en haut à droite, par une icône représentant un appareil photographique. Vous cliquez sur l’icône, vous accédez à la page des imagettes, et en cliquant sur une imagette, vous obtenez la photo agrandie. En cliquant sur la photo agrandie, vous pouvez l’agrandir encore, toujours en cliquant dessus.
Si vous souhaitez obtenir seulement les fiches accompagnées de photographies, vous cochez la case Avec photographie(s).

D’une façon générale, sur n’importe quelle page, si vous cliquez sur un des termes soulignés, vous accédez directement à la fenêtre qui correspond à l’opération désignée ou suggérée par ce terme.
Vous pouvez toujours accéder à la page précédente (ou suivante) en cliquant, dans la barre de menus du moteur de recherche de votre ordinateur, en haut à gauche, sur la flèche gauche (ou droite).

Chaque fenêtre peut être imprimée, séparément, à partir de la fonction "Imprimer" de votre navigateur.


4/ GUIDE ABRÉGÉ DE LA BASE

La base de données s'articule autour de deux fichiers principaux, connectés entre eux :
1/ Epigraphie et 2/ Toponymes.

I. FICHIER "EPIGRAPHIE"
Les différents éléments concernant une inscription sont saisis sur une fiche de base, composée de rubriques. Ces rubriques sont soit alphanumériques (jusqu'à 80 caractères) soit rubriques "texte", les premières pouvant être indexées.
D'une façon générale, les rubriques peuvent être réparties comme suit :
A/ Datation; B/ Localisation; C/ Caractéristiques internes de l'inscription; D/ Emplacement; E/ Caractéristiques externes de l'inscription; F/ Références bibliographiques; G/ Etablissement du texte; H/ Commentaire.

A- DATATION
a/ Ere musulmane
L'année du calendrier musulman figure en tête de chacune des cinq pages-écrans. Pour les inscriptions datées, c’est la date qui figure sur le support, dans l’inscription. Néanmoins, le Thesaurus comprend également des inscriptions non datées, ou des inscriptions dont la date a disparu. L'attribution chronologique de ces inscriptions, approximative, peut s'effectuer d'après différents critères et se trouve en principe justifiée dans le Commentaire.
Pour indiquer le critère choisi, les symboles suivants sont employés :
0145 Date clairement indiquée
0145A Date déterminée d'une façon très approximative
0145H Datation proposée à partir de critères historiques
0145C Date proposée par comparaison avec une autre inscription datée, située dans le même monument ou sur le même support
0119D Seule la décade reste indiquée (avec le siècle), le reste ayant disparu
0199S Seul le siècle reste indiqué, le reste ayant disparu
0199-Annulation Changement de date d'une inscription publiée auparavant dans un ouvrage de référence, sous une date erronée. La nouvelle date est indiquée dans le commentaire où on renvoie à une nouvelle fiche, sous la nouvelle date.
b/ Ere chrétienne
Toutes les dates sont converties en ère chrétienne. Néanmoins, s'il advient qu'une inscription contienne une date directement exprimée en ère chrétienne, celle-ci figure également dans la rubrique Autres ères.
c/ Autres ères
Les dates exprimées d'après d'autres calendriers utilisés dans le cadre du monde musulman, sont enregistrées dans cette rubrique en sous-structure. Ces dates sont précédées d'une abréviation correspondant au calendrier dont elles relèvent.
Calendriers énumérés :
Ere d'Alexandre Alex.
Ere arménienne Arm.
Ere byzantine Byz.
Ere de César Cés.
Ere chinoise Chine
Ere chrétienne Chr.
Ere copte Cop.
Ere djalâlide Djal.
Ere de la Création Création
Ere des martyrs Martyrs
Ere séleucide Séleucide
Ere ilāhī Ilāhī
Ere ilkhanienne Ilkh.
Ere pascale Pasc.
Ere Šahūr Šahūr
Ere Saka Saka
Ere de Samvat Samvat
Ere de Sastra Sastra
Ere solaire iranienne Sol.
Ere somalienne Som.
Ere turque animalière Turc anim.
Ere Wakamba Wakamba
Ere de Yazdagird Yazd.

B- LOCALISATION DE L'INSCRIPTION
a/ Lieu
Les lieux d'origine des inscriptions sont classés par pays, dans le cadre des frontières politiques actuelles reconnues internationalement. Pour les objets mobiliers, c’est le lieu présumé de leur fabrication qui est retenu pour leur localisation.
b/ Actuellement
Cette rubrique indique l'emplacement actuel, s'il est connu, ou le lieu de conservation de l'inscription.
Les catégories retenues sont les suivantes :
Divers :
? Emplacement actuel inconnu
Coll. privée (+nom) Nom de la collection privée où l'objet se trouve, d'après la dernière indication à notre disposition.
Déplacé Réemploi
Disparu
In situ
In situ ?
Musée (privé ou public) Nom de la ville et du musée où l'inscription est conservée. On y ajoute le n° d'inventaire, s'il est signalé.
c/ Collections antérieures
Les supports inscrits, objets ou inscriptions "déracinées", pouvant changer de lieu de conservation, nous énumérons ici, en sous-structure, les collections où ils se trouvaient antérieurement, en commençant par la collection la plus ancienne.

C- CARACTERISTIQUES INTERNES DE L'INSCRIPTION
a/ Nature
Le classement dans la rubrique "Nature" prend en compte la fonction essentielle de l'inscription.
b/ Langue
On distingue, d'une façon générale, des textes exécutés dans une langue unique (par exemple en arabe, en persan ou en turc), alors que certaines inscriptions peuvent être bilingues ou trilingues. Il existe également des inscriptions où deux ou plusieurs langues peuvent être mélangées dans un seul type de texte, c'est ce qu'on dénomme l'arabo-persan, l'arabo-turc etc.

D- EMPLACEMENT DE L'INSCRIPTION
a/ Structure-Type
Sont inclus dans cette catégorie les monuments ou les structures architecturales qui renferment le support portant l'inscription. Les objets mobiliers en sont, en principe, exclus, à moins qu'ils ne fassent, ou n'aient fait, partie intégrante d'une structure architecturale, donc d'un monument précis.
a-a/ Structure-Description
Développe la rubrique précédente.
b/ Monument-Type
Rubrique qui concerne les sous-structures ou les éléments architecturaux faisant partie d'un des ensembles énumérés dans la rubrique précédente. Il sera peut-être surprenant d'y trouver quelques intitulés déjà mentionnés dans la rubrique précédente, comme, par exemple, l'intitulé "Mosquée" : une mosquée peut parfois constituer la sous-structure d'une structure architecturale plus vaste (caravansérail ou madrasa), comme elle peut être un monument isolé, donc une structure indépendante.
Les pierres tombales sont classées ici sous l'intitulé "Tombeau" et leur typologie sera développée plus amplement dans la rubrique appelée "Support-Type". Les objets sont désignés sous la simple appellation "Objet"; leur type sera également précisé dans la rubrique "Support-Type".
b-b/ Monument-Description
Développe la rubrique précédente.
c/ Support-Type
On distingue : 1/ les éléments faisant partie d'un ensemble architectural, énumérés dans le cadre du groupe "Architecture"; 2/ les milliaires et autres pierres à inscriptions analogues, comme les bornes; 3/ les différents types de pierres tombales, énumérés dans le cadre du groupe "Funéraire"; 4/ les différents types d'objets mobiliers, énumérés dans le cadre du groupe "Objet" et subdivisés d'après leur fonction.
c-c/ Support-Description
Développe la rubrique précédente.
d/ Matériau
Rubrique indexée et énumérée, contenant les principaux matériaux des supports d'inscriptions.

E- CARACTERISTIQUES EXTERNES DE L'INSCRIPTION
a/ Inscription-Description
Rubrique qui décrit la répartition de l'ensemble du texte sur le support (champ, aspect, dimensions, emplacement).
b/ Ecriture
Rubrique indexée et énumérée contenant la désignation du type de caractères. Cette désignation dépend de l'appellation fournie par l'auteur de la publication et serait, dans une certaine mesure, à affiner, à condition que des critères précis pour le classement paléographique des caractères arabes, notamment cursifs, soient établis.
b-b/ Ecriture-Description
Développe la rubrique précédente.

F- REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
a/ Publication
Les références bibliographiques des publications qui n'ont pu être consultées sont placées entre crochets.
b/ Reproduction
Voir la rubrique précédente.

G- ETABLISSEMENT DU TEXTE
a/ Texte d'après
Référence bibliographique de la publication fournissant le texte de base de la lecture de l'inscription.
b/ Texte
Les textes des inscriptions sont reproduits ligne par ligne. Lorsqu'il y a plusieurs propositions de lecture, nous employons le système classique des notes, où ces différentes propositions sont envisagées. Nous ne tenons pas compte des lectures "fantaisistes" mais, pour certaines inscriptions, nous sommes contraints de reprendre le texte tel qu'il est publié même s’il n’est pas satisfaisant.
Dans le texte établi, figurent les symboles, les mots ou les formules suivantes :
(kaḏā) Sic
[kalima] Un mot, ou par ex. [4 kalimāt] = 4 mots non lus
[ḥarf] Un caractère, ou par ex. [ḥarfān aw 3 ḥurūf] = 2 ou 3 caractères non lus
[4+sīn] 4 centimètres de texte non lus
[ġayr maqrū'] ou [...] Texte non lu
[āṯār] Traces de caractères
[kalima maḍrūba] Un mot martelé
++++ Texte endommagé ( = xxxx dans le texte en caractères latins)
[texte arabe] Restitution d'un texte endommagé
(texte arabe) Restitution d'un texte oublié par le lapicide
[luġa fārisiyya / turkiyya] Texte persan / turc (non fourni par l'éditeur)
[ši‘r] “Morceau poétique“ non fourni par l'éditeur du texte
[du‘ā'] “Invocation“ non fournie par l'éditeur du texte
[umniya] “Voeux“ non fournis par l'éditeur du texte
[wa‘ẓ] “Sermon“ non fourni par l'éditeur du texte
Les points diacritiques de certains caractères arabes dont le tracé est identique ne pouvant pas être toujours rétablis avec certitude lorsqu'il s'agit de mots rares, nous employons dans certains mots les caractères non ponctués ("neutres"). C'est le cas du groupe "bā', tā', ṯā’, nūn, yā'" d'une part, ou du "fā et qāf" d'autre part.
Les mots coupés d'une ligne à l'autre sont repris dans la ligne suivante, entre parenthèses, afin de permettre la recherche informatique par mot. Par ex. (1) al-‘ā (2) mil (al-‘āmil).
C'est également le cas des mots coupés ou restitués en partie, au niveau d'une même ligne.
Par ex. (1) [al-‘ā]dil (al-‘ādil).
Les numéros des notes renvoyant à la rubrique "Notes" sont placés, dans le texte arabe, entre les signes < >, par ex. <1>.
c/ Notes
Elles permettent la présentation des différentes variantes de lecture qui sont proposées. L'emploi simultané des caractères arabes et latins dans cette rubrique ne nous autorise pas à employer les signes diacritiques de notre système. Dans la rubrique "Notes", les abréviations suivantes sont observées :
om. Omission
add. Addition
corr. Correction
d/ Traduction
Nous ne nous sommes pas donnés pour but de fournir, pour le moment, la traduction française du texte. Néanmoins, nous situons dans cette rubrique la traduction, quelle que soit la langue utilisée, des inscriptions qui ne sont présentées que sous cette forme. Nous plaçons dans cette rubrique également des textes d’origine présentés en translittération seulement.

H- COMMENTAIRE
Rubrique contenant des observations de toutes sortes (historique, bibliographique, géographique, paléographique, chronologique etc...) en relation avec l'inscription ou avec son support.

I-IMAGES
Nous nous efforçons de rajouter, là où cela nous est possible, les images des inscriptions. Pour cela, nous avons pu bénéficier du riche fonds de la Photothèque Max van Berchem ainsi que d’autres fonds (p. ex. une partie du fonds Gaston Wiet). Cette catégorie sera constamment développée, d’après le matériel à notre disposition.

II. FICHIER "TOPONYMES"
Ce fichier contient la liste des toponymes rencontrés dans le cadre des régions dont les inscriptions sont incluses dans cette livraison. De nombreux toponymes sont présentés sous plusieurs variantes orthographiques, celle retenue par nous comme "officielle" est pourvue de l'astérisque (*). L’appellation retenue comme “officielle“ est accompagnée de la définition du toponyme et, éventuellement, des références bibliographiques en relation avec cette définition. Les autres formes, présentées sans astérisque, font partie de la liste classée alphabétiquement, avec un renvoi à la forme "officielle".
Ce fichier a été constitué initialement à partir des données fournies par l'Index géographique du RCEA, t. I à XVI, puis complété par le même index présenté dans les t. XVII et XVIII. Ces définitions sont progressivement mises à jour et nous utilisons notamment des éléments trouvés sur Internet. Les nouveaux toponymes sont définis au fur et à mesure, selon les mêmes critères.


5/ DÉCOUPAGE GÉOGRAPHIQUE



Le découpage géographique du projet présenté ici reflète son évolution progressive depuis 1998. Actuellement, en 2017, nous ne sommes pas loin de notre but de couvrir l’ensemble des régions concernées par l’épigraphie islamique. En ce qui concerne le déroulement du projet, les régions n’étaient pas traitées dans l'ordre du classement ci-dessous, mais selon les possibilités qui s'offraient à nous, notamment sur le plan de la collaboration internationale. Ainsi, nous concentrions et continuons à concentrer chaque année nos efforts sur une ou plusieurs régions précises afin de procéder à la collecte, aux vérifications et aux "nettoyage" et "affinement" du matériel épigraphique qui la (ou les) concerne. Ce travail une fois terminé (en 2020?), il faudra procéder aux mises à jour de l’ensemble de la base car nous sommes heureux de constater que de nouvelles inscriptions, voire de nouvelles lectures des inscriptions, continuent à être publiées et il faudra naturellement les inclure dans le Thesaurus.

1/ Péninsule ibérique, Baléares, Italie, Malte et France (paru en 2009 en DVD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
2/ Maghreb et Libye (paru en 1998 en CD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
3/ Egypte (paru en 2003 en CD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
4/ Afrique sub-saharienne (paru en 2009 en DVD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
5/ Péninsule d'Arabie (paru en 1999 en CD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
6/ Proche-Orient (paru en format Web en 2013 et contenu dans la présente livraison format Web)
7/ Irak (paru en 2009 en DVD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
8/ Turquie (paru en format Web en 2013 et contenu dans la présente livraison format Web)
9/ Europe orientale (Chypre, Grèce, Albanie, Balkans, Bulgarie, Hongrie, Roumanie, Yougoslavie) (à paraître en 2019?)
10/ Caucase, Russie et Ukraine (contenu pour la première fois dans la présente livraison format Web)
11/ Asie Centrale ex-soviétique (paru en 2001 en CD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
12/ Iran et Afghanistan (paru en format Web en 2015 et contenu dans la présente livraison format Web)
13/ Monde indien (Pakistan, Inde, Bangladesh, Sri Lanka, Maldives) (paru en 2005 en DVD-Rom et contenu dans la présente livraison format Web)
14/ L’Asie du Sud-Est (Birmanie, Brunei, Cambodge, Chine, Indonésie, Malaisie, Mongolie, Philippines, Thaïlande, Vietnam) (paru en format Web en 2011 et contenu dans la présente livraison format Web)




6/ BIBLIOGRAPHIE DES ARTICLES PRÉSENTANT LE THESAURUS


- F. SOUDAN, "Notices d'information", dans Bulletin, Fondation Max van Berchem, n° 7, novembre 1993.
- F. SOUDAN, "Thesaurus d'Epigraphie Islamique", dans Bulletin, Fondation Max van Berchem, n° 10, décembre 1996.
- L. KALUS et F. SOUDAN, "Aperçu d'épigraphie islamique du Moyen Age, Présentation du projet Thesaurus d'Epigraphie Islamique", dans Quaderni di Studi Arabi, Venezia, XVI, 1998, p. 23-44.
- L. KALUS et F. SOUDAN, "Thesaurus d'Epigraphie Islamique : Maroc et Algérie", Communication présentée au Congrès des Sociétés Savantes françaises, nouv. Sér., Afrique du Nord, fasc. 25, Paris, 1999, p. 75-79.
- L. KALUS, "Du Répertoire Chronologique d'Epigraphie Arabe au Thesaurus d'Epigraphie Islamique", dans Damaszener Mitteilungen, XI, 1999, p. 297-305.
- F. SOUDAN, "Une nouvelle livraison du Thesaurus d'Epigraphie Islamique : Inscriptions de l'Asie centrale", dans Bulletin, Fondation Max van Berchem, n°14, décembre 2000.
- L. KALUS et F. SOUDAN, "Lamhat 'an al-kitâbât al-islâmiyya fî l-qurûn al-wûstâ 'ard machrû' khazînat al-kitâbât al-islâmiyya", dans al-Dâra, King Abdul Aziz Foundation for Research and Archives, n° 4, 1423/2002, p.
171-200.
- F. SOUDAN, " Inscriptions de l'Egypte : un nouveau DVD-ROM du Thesaurus d'Epigraphie Islamique", dans Bulletin, Fondation Max van Berchem, n° 16, décembre 2002.
- F. SOUDAN, "Vers la réactualisation du Thesaurus d'Epigraphie Islamique", dans Bulletin, Fondation Max van Berchem, n° 21, décembre 2007.
- F. SOUDAN, "Le Thesaurus d'Epigraphie Islamique on-line", dans Bulletin de la Fondation Max van Berchem, n° 25, décembre 2011, p. 3-4.




7/ REMERCIEMENTS



La Fondation Max van Berchem est le moteur du présent projet épigraphique et elle doit en être remerciée en premier lieu. Nous pensons tout particulièrement à l'ancien Président du Comité scientifique de la Fondation, le regretté Professeur Denis van Berchem, ainsi qu'aux Présidents du Conseil de Fondation, M. Guy van Berchem (président de 1984 à 2009) et M. Costin van Berchem (président depuis 2010). Nous exprimons également notre gratitude à Charles Genequand, professeur émérite à l'Université de Genève et actuel Président du Comité scientifique de la Fondation, qui a manifesté dès le début un soutien décisif à cette entreprise, entreprise qui souhaite s'inscrire dans la lignée des projets de Max van Berchem lui-même. Nous tenons à remercier vivement les trois derniers Directeurs du projet du Répertoire Chronologique d'Epigraphie Arabe, les professeurs Janine Sourdel-Thomine, feu Dominique Sourdel et feu Nikita Elisseeff, pour nous avoir encouragés dans cette nouvelle entreprise, prodigué leurs précieux conseils et avoir mis à notre disposition leurs documents d'archives épigraphiques.
De 1993 à 2009, le projet du Thesaurus d’épigraphie islamique a pu bénéficier d’un agréable bureau situé en plein coeur de Paris, grâce au soutien du professeur Michel Terrasse, ancien Président de la section des Sciences historiques et philologiques de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. Qu'il soit assuré de notre reconnaissance et de notre amitié fidèle.

Pour la première livraison (MAGHREB, 1998)
Nous remercions M. Saoud Theyyab, alors Attaché culturel auprès de l'Ambassade d'Arabie Saoudite à Paris, pour avoir été, entre l'été 1996 et l'automne 1997, à nos côtés au moment de la phase finale de la préparation technique de ce premier CD-Rom. Ses nombreux conseils furent pour nous d'un grand soutien. Notre gratitude va également à M. Khaled Maoudoud (hélas, décédé depuis), chargé de recherche à l'Institut National du Patrimoine de Tunis, qui nous a permis de mettre à jour notre bibliographie concernant les inscriptions arabes de Tunisie en mettant à notre disposition des travaux épigraphiques élaborés en Tunisie ces dernières années.

Pour la deuxième livraison (PENINSULE D'ARABIE, 1999)
C'est à nouveau M. Saoud Theyyab, Attaché culturel auprès de l'Ambassade d'Arabie Saoudite à Paris, à qui nous adressons nos remerciements les plus sincères. Il nous a fourni la plupart des publications contenant les inscriptions de l'Arabie Saoudite incluses dans cette livraison. Ces publications et notamment les thèses soutenues en Angleterre ou en Arabie Saoudite sont en majorité inaccessibles en France. Grâce à M. Saoud Theyyab, la collecte des inscriptions de la péninsule d’Arabie est fort riche et nous sommes heureux d'être en mesure de présenter, pour la première fois, un matériel en grande partie inconnu en Occident. Nous remercions également M. Giovanni Oman, Professeur à Istituto Universitario Orientale de Naples, pour avoir eu l'amabilité de nous procurer, avec l'efficacité qui le caractérise, les photocopies de quelques articles publiés en Italie.

Pour la troisième livraison (ASIE CENTRALE, 2001)
Nos remerciements vont à M. Vladimir N. Nastich, Professeur à l'Institut des études orientales de Moscou, pour avoir mis à notre disposition certaines de ses publications qui font autorité en matière d'épigraphie pour l'Asie Centrale.

Pour la quatrième-cinquième livraison (EGYPTE, 2003)
A cette occasion, nous remercions M. Jean-Michel Mouton, Professeur d'Histoire à l'Université Lumière-Lyon 2, pour nous avoir aidé dans l'identification de quelques toponymes.

Pour la sixième livraison (MONDE INDIEN, 2005)
Les inscriptions de Sri Lanka et des Maldives ont pu être répertoriées grâce à une mission effectuée dans la région, en 2003, par MM. Claude Guillot (CNRS et EHESS, Paris) et Ludvik Kalus. Que M. Claude Guillot soit remercié pour avoir mis ses compétences à la disposition du Thesaurus, ainsi que pour son efficacité lors des pourparlers avec les autorités locales.
Au Sri Lanka, M. le Professeur M.A.M Shukrî, de Jamiah Naleemiah Islamiah (Beruwela, China Fort), a bien voulu partager ses connaissances au sujet de la situation générale de l'épigraphie arabe du pays. Qu'il trouve ici l'expression de notre gratitude.
Aux Maldives, Mme Naseema Mohamed, "special adviser" au "National Council for Linguistic and Historical Research", fut un guide scientifique précieux et c'est grâce à sa compétence et sa disponibilité que le matériel pour l'élaboration de ce bilan épigraphique a pu être réuni.

Pour la septième-huitième-neuvième livraison (AFRIQUE SUB-SAHARIENNE, IRAK, OCCIDENT EUROPEEN, 2009)
Si nous pouvons, à partir de la présente triple livraison, enrichir Thesaurus par des photos provenant de la Photothèque Max van Berchem, nous le devons à Mme Antoinette Harri, secrétaire de la Fondation Max van Berchem, qui a bien voulu numériser les photographies des inscriptions contenues dans ce fonds, avec la compétence qui la caractérise.
Nous remercions M. Virgilio Martinez Enamorado, Docteur en Histoire médiévale, de l’Escuela de Estudios Árabes à Grenade qui a bien voulu nous adresser quelques-uns de ses articles difficiles à trouver sur Paris.
La thèse de doctorat de Mme Vincenza Grassi, professeur à Universita degli studi di Napoli (Facoltà di studi arabo-islamici e del Mediterraneo), nous a été d’une grande utilité pour la saisie des inscriptions en Italie, que son auteur veuille bien accepter notre gratitude.
Feu Hasan al-Karagouli a confié à Ludvik Kalus, vers 1975, une riche documentation concernant des monuments inscrits de Bagdad, documentation utilisée lors de l’élaboration de cette livraison.
M. Christophe Picard, Professeur à l’Université de Paris I, a bien voulu nous fournir, en son temps, une série de photocopies concernant des inscriptions du Portugal, qu’il en soit remercié!
Enfin, les problèmes informatiques, nombreux et complexes, n’auraient pas pu être résolus sans l’ingéniosité et le soutien technique constant (depuis la 3ème livraison!) de Monsieur Christian Robert-Leroy, informaticien confirmé. Qu’il accepte nos très sincères remerciements pour la qualité de ses interventions et l’amitié qu’il nous manifeste, amitié réciproque - qu’il en soit assuré!

Pour la dixième livraison (ASIE DU SUD-EST, 2011)
M. Claude Guillot (CNRS et EHESS, Paris) a bien voulu se charger de la relecture des définitions des toponymes pour l’Indonésie. M. Daniel Perret, directeur de l’antenne de Kuala Lumpur et du Centre de Jakarta de l’Ecole Française d’Extrême-Orient, nous a procuré quelques articles introuvables à Paris.
M. Saoud Theyyab, maintenant Professeur à l’Université King Saud à Riyadh, est devenu notre correspondant régulier pour l’Arabie Saoudite et grâce à sa collaboration, nous avons pu enrichir et mettre à jour les inscriptions de l’Arabie Saoudite. M. Ali Ibrahim al-Ghabban, Vice-Président de la «Supreme Commission for Tourism of the Kingdom of Saudi Arabia», a bien voulu nous donner l’autorisation d’intégrer dans le Thesaurus les dessins d’un certain nombre d’inscriptions de l’Arabie Saoudite.
Pour l’Espagne, des mises à jour ont pu être effectuées grâce aux travaux mis à notre disposition par le Professeur Juan A. Souto (Universidad Complutense, Madrid), nous avons pu bénéficier de quelques dessins d’inscriptions du Maroc fournis par le Professeur Lhaj Moussa Aouni (Faculté des Lettres et des Science Humaines Sais, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès). Le Professeur Frédéric Bauden, Université de Liège, nous a confié un matériel épigraphique concernant des inscriptions de l’Ethiopie.
Sur le plan informatique, afin que la base puisse être consultable sur Internet, nous avons bénéficié des conseils éclairés et décisifs de M. Christian Gaubert (Service informatique de l’IFAO). Monsieur Christian Robert-Leroy, notre collaborateur/informaticien, a accepté de se charger, non sans beaucoup de peine, de l’élaboration du nouveau système de diffusion, aidé en cela par Yannick Duchêne. Qu’ils soient tous remerciés!

Pour la onzième-douzième livraison (PROCHE-ORIENT, TURQUIE, 2013)
Nos remerciements s’adressent à M. Tawfiq Ibrahim, Real Academia de la Historia, Madrid, qui a mis à notre disposition ses travaux concernant l’épigraphie arabe; à M. Gauthier Langlois, professeur d’histoire et de géographie au lycée à Carcassonne, qui nous a fourni des renseignements concernant des stèles des Pyrénées; une fois de plus à M. Claude Guillot (CNRS et EHESS, Paris) qui a effectué, avec L. Kalus, une rapide prospection épigraphique en Arakhan (Birmanie); à M. Doc. Mgr. Karel Nováček Ph.D., archéologue appartenant à la Západočeská univerzita à Plzeň (République Tchèque), pour avoir mis à notre disposition quelques photos d’Irbil; à Grégory Mikaelian, chargé de recherches au CNRS, Centre Asie du Sud-Est (Paris), pour avoir mis à notre disposition des renseignements et de bonnes photos concernant la stèle de Phnom Bakhen (Cambodge).

Pour la treizième livraison (IRAN, AFGHANISTAN, 2015)
M. Robin Seignobos, doctorant à l'université Paris-1, qui est en train d’achever sa thèse de doctorat d'histoire consacrée aux sources "externes" (essentiellement arabes) concernant la Nubie médiévale, a bien voulu compléter nos références bibliographiques des inscriptions de la région qu’il étudie, qu’il en soit remercié! M. Frédéric Bauden a mis à notre disposition quelques publications épigraphiques récentes (dont certaines très volumineuses et donc très lourdes), sa collaboration est très appréciée.

Pour la quatorzième livraison (CAUCASE, RUSSIE, UKRAINE, 2017)
M. Bobir Aminov, Académie des sciences de l’Ouzbékistan, a mis à notre disposition quelques nouveaux résultats de ses recherches. M. A. Asa Eger, Associate Professor à l’Université de Caroline du Nord à Greensboro, a bien voulu nous fournir sa dernière publication épigraphique. Le Professeur Frédéric Bauden, Université de Liège, a étudié et photographié pour Thesaurus des inscriptions en Turquie et en Tadjikistan.

8/ COMMENT CITER LE THESAURUS?


Depuis le mois d’octobre 2011, c’est à dire depuis la 10ème livraison, la base est disponible, gratuitement, sur Internet. Une prochaine livraison à venir va inclure les régions manquantes et il sera ainsi prochainement possible, au bout d’un long chemin, de consulter l'ensemble des inscriptions musulmanes du Moyen Age! Le projet ne va pas s’arrêter là. La base sera régulièrement enrichie et complétée et tous les deux ans environ, une nouvelle livraison actualisée, sur le plan scientifique comme sur le plan informatique, va remplacer la livraison précédente.
Naturellement, chacun est libre de citer le Thesaurus comme il l’entend. Néanmoins, nous proposons d’utiliser la référence suivante :

Thesaurus d’Epigraphie Islamique (TEI), XIIIe livraisons, 2015, n° xxx
ou en abrégé
TEI, XIII, 2015, n° xxx.

Par la suite, seuls le n° de la livraison et l’année de sa parution seraient modifiés.

9/ CONTACTS


Si vous souhaitez nous communiquer vos suggestions, vos remarques ou vos critiques, mettre à la disposition du Thesaurus de nouvelles inscriptions ou de nouvelles photos, vous pouvez nous écrire par courrier électronique :

epigraphie.islamique@noos.fr.

Nous serons heureux de vous lire et les auteurs des suggestions retenues seront naturellement mentionnés et leur contribution reconnue dans la section Remerciements.



Edité par
FONDATION MAX VAN BERCHEM
5, avenue de Miremont
CH 1206 GENEVE
SUISSE
Téléphone et fax (+ 41 22) 347 88 91
E-mail : info@maxvanberchem.org.

Consultation par le Web de l’application Thesaurus d'Épigraphie Islamique

© Fondation Max van Berchem 2017